Fermer la fenêtre

Votre article a bien été ajouté au panier

Le Blog

Partager sur facebook Partager sur twitter
Le 16 avril 2014 à 10:14

Le cépage du mois : le mourvèdre

Présent sur le territoire français depuis le XVIème siècle, le mourvèdre serait originaire de la côte catalane espagnole : son nom proviendrait de la ville de Murviedo (en valencien Morvedre).
Au fil du temps, il s’est développé en Languedoc, en Provence, puis dans la Vallée du Rhône méridionale, avant d’être quasiment éradiqué du vignoble français suite à la crise du phylloxéra.
Dans les années 60, quelques vignerons provençaux ont eu la bonne idée de le réimplanter afin de lui rendre ses titres de noblesse.


Aujourd’hui autorisé dans 45 appellations françaises, on le retrouve souvent assemblé avec grenache, carignan ou syrah.


En France, il est aujourd’hui principalement cultivé en Vallée du Rhône (Châteauneuf-du-Pape notamment), en Languedoc-Roussillon (Faugères, Saint-Chinian, Fitou…) et en Provence (Bandol).


On le retrouve également ailleurs dans le monde, comme en Californie ou en Australie.


D’une maturité tardive, il a besoin de chaleur et d’une exposition ensoleillée pour atteindre la pleine maturité. Le mourvèdre aime les sols argilo-calcaires dans lesquels il peut aller puiser eau et minéraux en profondeur.


 Il donne des vins puissants, colorés (robe sombre), peu acides et révèle des arômes de poivre et de fruits noirs (mûre, cassis) lorsqu’il est jeune, de truffe, de sous-bois et de cuir en vieillissant.


Accords mets vins : viandes aux saveurs prononcées, comme l’agneau, le canard ou le lapin.


Vous pouvez déguster un vin à base de mourvèdre durant notre week-end œnologique, avec la cuvée « Intemporelle » des Fusionels (Faugères).