Fermer la fenêtre

Votre article a bien été ajouté au panier

Le Blog

Partager sur facebook Partager sur twitter
Le 3 mars 2011 à 15:00

Histoires de bouteilles

 La bouteille en verre est issue de l’invention de la canne à souffler qui fit son apparition sur les bords de la Méditerranée au début de notre ère. C’est dire que ce n’est pas d’hier et que l’évolution des formes a été longue et continue. L’origine étymologique du mot « bouteille » provient des « boutiaux » ou « boutilles » qui étaient des gourdes en cuir que l’on attachait à l’arnachement d’un cheval comme c’est encore le cas dans le pays basque.



La première bouteille de vin


Il est difficile de dire avec précision à quelle date est apparue la première bouteille de vin sinon que les techniques de verrerie ont été importées d’Italie vers la Gaule à l’époque gallo-romaine. Les bouteilles étaient alors utilisées pour le service de table. La forme moderne de la bouteille de vin est vraisemblablement née au Ive siècle. C’est enfin au VIIIe siècle que la bouteille de vin s’est imposée comme le contenant le mieux adapté pour conserver et faire vieillir le vin.


Les différentes formes de bouteilles


L’ancêtre des bouteilles actuelles remonte à la fin du XVIIe siècle dans sa forme « bourgogne » et chaque bouteille est un modèle unique dont la forme varie au gré du soufflage. Vers la fin du XVIIIe apparaissent les modèles « champenois » et « bordeaux ». Cette dernière est assez haute avec un col très fin et un bouchon beaucoup plus petit qu’aujourd’hui.


Les différentes tailles de bouteilles de vin


La taille standard de nos jours est de 75 centilitres ou 750 mililitres mais se décline également en 375 mililitres pour la restauration notamment. Les grandes régions viticoles offrent de nombreuses tailles traditionnelles autres que les 750 ml standard.


En Champagne


le Magnum = 1.5 litre ou 2 bouteilles le Jéroboam = 3 litres ou 4 bouteilles le Réhoboam = 4.5 litres ou 6 bouteilles le Mathusalem = 6 litres ou 8 bouteilles le Salmanazar = 9 litres ou 12 bouteilles le Balthazar = 12 litres ou 16 bouteilles tandis que le Nabuchodonosor = 15 litres ou 20 bouteilles.

En Bordeaux


le Magnum = 1.5 litre ou 2 bouteilles le Marie-Jeanne = 2.5 litres ou 3 bouteilles le Double magnum = 3 litres ou 4 bouteilles le Jéroboam = 4.5 litres ou 6 bouteilles et enfin l’Impérial = 6 litres ou 8 bouteilles.

En Porto


le Magnum = 1.5 litres ou 2 bouteilles le Tappit Hen = 2.25 litres ou 3 bouteilles tandis que le Jéroboam = 3 litres ou 4 bouteilles.

D’où provient le nom des bouteilles ?


Pour des raisons obscures, les noms de bouteilles trouvent leur origine dans l’histoire, voire la mythologie ou la religion, à savoir :


Magnum


Le magnum tire son origine du mot latin magnum qui signifie  « grand ». Il serait connu depuis la fin du XVIIIe.

Jéroboam


Premier souverain du royaume d’Israël (930-910 av. J.-C.). Après la mort de Salomon, il se fit proclamer roi par les dix tribus du Nord qui s’étaient soulevées contre Roboam. Au schisme politique des Hébreux, il ajouta un schisme religieux en choisissant Dan et Béthel comme lieux de culte.


Réhoboam


Roi de Juda (v. 930-v. 915). Fils de Salomon, il provoqua, par son gouvernement tyrannique, le schisme des dix tribus du Nord, qui formèrent le royaume d’Israël. Lui-même conserva sous sa domination les deux tribus de Juda et de Benjamin.

Mathusalem


D’après la Bible, patriarche juif qui aurait vécu, selon les sources, 969 ou 720 ans.

Salmanazar


Nom de cinq rois d’Assyrie dont le plus important est Salmanazar III.

Balthazar


Fils de Nabonide et régent de Babylone, tué par Cyrus v. 539 av. J.-C. Le prophète Daniel aurait, selon la Bible, prédit sa mort et la fin de son royaume en interprétant une inscription (Mané, Thékel, Pharès) faite au mur par une main invisible au cours d’un festin. ou Nom traditionnellement donné en français à l’un des trois Rois mages (les deux autres étant nommés Melchior et Gaspard) qui, selon saint Matthieu (II, 1-12), suivirent l’étoile miraculeuse qui les conduisit d’Orient jusqu’à la crèche de Bethléem pour adorer l’enfant Jésus.

Nabuchodonosor


Roi de Babylone (de 605 à 562 av. J.-C.). Il conquit la Syrie et la Palestine (604), s’empara à plusieurs reprises de Jérusalem (entre 605 et 587), dont il déporta la population juive (captivité de Babylone, 586-538), et soumit Tyr (573). Sous son règne, l’Empire néobabylonien connut son apogée. Pour terminer, nous reprendrons le proverbe bien connu : Peu importe le contenant, pourvu qu’on ait l’ivresse…tout en rappelant qu’il faut consommer avec modération !