Fermer la fenêtre

Votre article a bien été ajouté au panier

Le Blog

Partager sur facebook Partager sur twitter

Techniques de dégustation et infos pratiques

Le 15 décembre 2019 à 15:05

Les principaux défauts du vin

Le goût de bouchon, la réduction ou l’oxydation, qu’est-ce que c’est ?


Voilà un petit cours d’oenologie sympas sur les principaux défauts du vin. Le goût de bouchon se caractérise par des odeurs de moisi, de terre humide ou encore de bois pourri et de poussière. Des arômes expressifs et désagréables qui le rendent facile à identifier. Ce n’est pas le bouchon qui qui est directement responsable, mais une molécule appelée TCA (molécule de tri-chloro-anisole). Les TCA prennent vie à partir d’une moisissure qui se forme directement sur le bouchon et qui peut avoir plusieurs provenances : des écorces de chêne-liège polluées par les insecticides, ou bien des produits d’hygiène utilisés dans les chais.


La réduction, identifiable au nez, se caractérise par des odeurs de champignon ou de serpillère. Pour les vins assemblés à partir de syrah vous retrouverez des odeurs de pneu ou de caoutchouc. Ces arômes peuvent être très désagréables et peu engageant, mais ils doivent normalement disparaître au bout d’un certain temps d’aération dans le verre ou après passage en carafe. S’ils persistent, c’est que ce n’est pas de la réduction mais un problème de bouchon.


L’oxydation est le phénomène inverse de la réduction. Cela signifie que votre vin est déjà oxydé avant au moment même de l’ouverture de la bouteille. Cela peut arriver si vous conservez vos bouteilles debout ; le bouchon sèche, laisse passer l’air et le vin s’oxyde. Un vin oxydé aura des notes de pomme très mûre, de cidre ou encore de noix. L’aromatique est plate et la couleur fatiguée (marron rouge, orange voire beige pour un blanc).


Certains vins possèdent un caractère oxydatif recherché comme les vins jaunes, le jerez espagnol, les vieux Rivesaltes ou encore les Banyuls du Roussillon.


Pour progresser en dégustation, mieux acheter ses vins et surtout se faire plaisir, il faut pratiquer ; et pour bine pratiquer, le mieux reste d’être guidé. Vous pouvez pour cela venir un cours oenologie Prodédustation (29 villes en France) ; ou alors faire confiance à Philippe Defleur, formateur Prodégustation et ancien sommelier de l’Elysée en recevant chaque mois chez vous un coffret vin de la box vin My VitiBox qui vous permet de continuer à vous entrainer en recevant tous les mois un coffret vin. Ces deux idées peuvent également constituer un très beau cadeau vin pour les amateurs de votre entourage.


 

Le 8 décembre 2019 à 15:03

A chacun son verre

Vous êtes sur le point de faire une expérience incroyable, une dégustation de …verres. Le but est de déguster un même vin dans différents types de verres afin de comprendre l’influence du contenant –à savoir le verre – sur vos ressentis à la dégustation. Le résultat est bluffant !


Pour réaliser l’expérience, rien de bien sorcier : munissez-vous de 4 verres à pied différents (par exemple un verre à eau, un verre ballon classique, un grand verre plus échancré et une flûte à champagne) et d’une bouteille de vin de préférence rouge pour que les effets soient plus nets. Servez-vous de ce même vin dans chacun des 4 verres, procédez aux étapes classiques de la dégustation et essayez de voir quel verre met le mieux en valeur le vin.


L’influence du verre sur le goût du vin


Vous n’avez jamais eu le droit à un cours sur les bases du vin et vous êtes surpris par cette expérience ? Nous vous donnons les clés pour comprendre comment le verre peut changer votre perception du vin :


La hauteur du calice (le ballon du verre) va jouer un rôle sur la nature des arômes que vous allez sentir au nez. En effet, les différentes catégories d’arômes (primaires, secondaires, tertiaires) s’organisent par couchent successives dans votre verre. Par exemple, vous aurez au fond du verre les arômes « lourds » (bois, épices), puis les arômes légers (fruits frais, fleurs). Ainsi, si votre verre est peu profond, vous sentirez des arômes lourds et inversement avec un verre haut.


La cheminée (la partie haute du calice) va influencer l’intensité aromatique du vin. Plus votre verre est ouvert, plus les arômes vont se libérer et s’échapper dans tous les sens. Si au contraire, votre verre se rétrécit vers le haut, vous aller canaliser les arômes de telle sorte que vous pourrez bien les humer lors de la dégustation. Ainsi si votre vin est explosif, un verre ouvert le laissera s’exprimer alors qu’un vin plus timide gagnera à voir ses arômes concentrés par un verre plus étroit.


Le buvant (rebord du verre) aura quant à lui son influence sur le goût du vin lui-même. Suivant la forme du buvant du verre, la première goutte de vin n’atteindra pas les mêmes zones de votre langue et ne produira donc pas le même effet. Le bout de la langue est sensible au sucré, les côtés à l’acide et l’arrière à l’amertume.


Vous souhaitez approfondir vos compétences en dégustation ? Nous vous offrons deux options : bien sûr de réserver un cours oenologie Prodédustation ; ou en vous abonnant à la box vin My VitiBox qui vous permet de continuer à vous entrainer en recevant tous les mois un coffret vin directement chez vous ! Ces deux options sont également de très belles idées de cadeau vin pour Noël qui arrive.


 

Le 25 novembre 2019 à 08:40

Les principaux défauts du vin

Le goût de bouchon, la réduction ou l’oxydation, qu’est-ce que c’est ?


Voilà un petit cours d’oenologie sympas sur les principaux défauts du vin. Le goût de bouchon se caractérise par des odeurs de moisi, de terre humide ou encore de bois pourri et de poussière. Des arômes expressifs et désagréables qui le rendent facile à identifier. Ce n’est pas le bouchon qui qui est directement responsable, mais une molécule appelée TCA (molécule de tri-chloro-anisole). Les TCA prennent vie à partir d’une moisissure qui se forme directement sur le bouchon et qui peut avoir plusieurs provenances : des écorces de chêne-liège polluées par les insecticides, ou bien des produits d’hygiène utilisés dans les chais.


La réduction, identifiable au nez, se caractérise par des odeurs de champignon ou de serpillère. Pour les vins assemblés à partir de syrah vous retrouverez des odeurs de pneu ou de caoutchouc. Ces arômes peuvent être très désagréables et peu engageant, mais ils doivent normalement disparaître au bout d’un certain temps d’aération dans le verre ou après passage en carafe. S’ils persistent, c’est que ce n’est pas de la réduction mais un problème de bouchon.


L’oxydation est le phénomène inverse de la réduction. Cela signifie que votre vin est déjà oxydé avant au moment même de l’ouverture de la bouteille. Cela peut arriver si vous conservez vos bouteilles debout ; le bouchon sèche, laisse passer l’air et le vin s’oxyde. Un vin oxydé aura des notes de pomme très mûre, de cidre ou encore de noix. L’aromatique est plate et la couleur fatiguée (marron rouge, orange voire beige pour un blanc).


Certains vins possèdent un caractère oxydatif recherché comme les vins jaunes, le jerez espagnol, les vieux Risevaltes ou encore les Banyuls du Roussillon.


Pour progresser en dégustation, mieux acheter ses vins et surtout se faire plaisir, il faut pratiquer ; et pour bine pratiquer, le mieux reste d’être guidé. Vous pouvez pour cela venir un cours oenologie Prodédustation (29 villes en France) ; ou alors faire confiance à Philippe Defleur, formateur Prodégustation et ancien sommelier de l’Elysée en recevant chaque mois chez vous un coffret vin de la box vin My VitiBox qui vous permet de continuer à vous entrainer en recevant tous les mois un coffret vin. Ces deux idées peuvent également consituter un très beau cadeau vin pour les amateurs de votre entourage.


 

Le 5 novembre 2019 à 08:39

A chacun son verre

Vous êtes sur le point de faire une expérience incroyable, une dégustation de …verres. Le but est de déguster un même vin dans différents types de verres afin de comprendre l’influence du contenant –à savoir le verre – sur vos ressentis à la dégustation. Le résultat est bluffant !


Pour réaliser l’expérience, rien de bien sorcier : munissez-vous de 4 verres à pied différents (par exemple un verre à eau, un verre ballon classique, un grand verre plus échancré et une flûte à champagne) et d’une bouteille de vin de préférence rouge pour que les effets soient plus nets. Servez-vous de ce même vin dans chacun des 4 verres, procédez aux étapes classiques de la dégustation et essayez de voir quel verre met le mieux en valeur le vin.


L’influence du verre sur le goût du vin


Vous n’avez jamais eu le droit à un cours sur les bases du vin et vous êtes surpris par cette expérience ? Nous vous donnons les clés pour comprendre comment le verre peut changer votre perception du vin :


La hauteur du calice (le ballon du verre) va jouer un rôle sur la nature des arômes que vous allez sentir au nez. En effet, les différentes catégories d’arômes (primaires, secondaires, tertiaires) s’organisent par couchent successives dans votre verre. Par exemple, vous aurez au fond du verre les arômes « lourds » (bois, épices), puis les arômes légers (fruits frais, fleurs). Ainsi, si votre verre est peu profond, vous sentirez des arômes lourds et inversement avec un verre haut.


La cheminée (la partie haute du calice) va influencer l’intensité aromatique du vin. Plus votre verre est ouvert, plus les arômes vont se libérer et s’échapper dans tous les sens. Si au contraire, votre verre se rétrécit vers le haut, vous aller canaliser les arômes de telle sorte que vous pourrez bien les humer lors de la dégustation. Ainsi si votre vin est explosif, un verre ouvert le laissera s’exprimer alors qu’un vin plus timide gagnera à voir ses arômes concentrés par un verre plus étroit.


Le buvant (rebord du verre) aura quant à lui son influence sur le goût du vin lui-même. Suivant la forme du buvant du verre, la première goutte de vin n’atteindra pas les mêmes zones de votre langue et ne produira donc pas le même effet. Le bout de la langue est sensible au sucré, les côtés à l’acide et l’arrière à l’amertume.


Vous souhaitez approfondir vos compétences en dégustation ? Nous vous offrons deux options : bien sûr de réserver un cours oenologie Prodédustation ; ou en vous abonnant à la box vin My VitiBox qui vous permet de continuer à vous entrainer en recevant tous les mois un coffret vin directement chez vous ! Ces deux options sont également de très belles idées de cadeau vin pour Noël qui arrive.


 

Le 12 décembre 2017 à 15:49

Bouteilles : Toutes à 75 centilitres, mais pas la même forme, pourquoi ?

Fine et élancée, plus ronde, plus droite ou plus trapue, nous avons tous des corps de formes différentes, et bien les bouteilles de vins aussi ! Celles destinées aux vins de garde, devront être plus lourdes, et plus encore celles qui contiennent des vins effervescents qui auront à supporter la pression du gaz carbonique. Cela dépend donc surtout de sa région d’origine et de son terroir, surement un peu comme nous aussi !




La Bordelaise (la bouteille !), est celle qui représente le mieux l’idée qu’on se fait d’une bouteille. Elle a pris la forme d’un cylindre dans le but de la rendre plus résistante. On pourrait la qualifiée de bouteille culturiste, avec son corps allongé et ses épaules carrées. Cette forme lui permet de retenir les éventuels dépôts.Elle est d’ailleurs utilisée aussi dans d’autres régions qui n’ont pas d’obligation de forme de bouteille.


Avec ses épaules fuyantes et son air dodue, La bouteille Bourguignonne qu’on appelle aussi « la bouteille feuille morte » à cause de sa couleur, est une des formes les plus utilisée dans le monde. Elle est répandue aussi dans le Beaujolais, la vallée du Rhône et à Sancerre.


La bouteille Ligérienne est comme sa cousine de Bourgogne mais plus fine. L’Angevine, porte fièrement, le blason du Val de Loire. Dans le Muscadet, on se différencie en maigrissant et en s’allongeant, et en se tatouant d’une petite vague avec la mention « Sur Lie ».


On trouve 2 formes de bouteilles en Provence. Une sulfureuse corsetée, comme une flute, avec un corps généreux, cintré dans un corset « la flute à corset ». Et la « Côte-de-Provence » plus classique, dont le bas de la bouteille est plus large que le reste du flacon, comme un entonnoir. Beaucoup de bouteilles Bordelaise sont cependant utilisées dans la région.


La Champenoise, la copine chic du vignoble hexagonal, peut contenir jusqu’à 6 coupes.  Elle est plus épaisse et résistante que les autres, pour supporter la pression de gaz carbonique.  Le fond du flacon est creusé, ce qui permet au remueur de bouteilles de pouvoir y glisser son pouce et aux adeptes de l'art du service à la champenoise, de tenir l’objet par le fond. Exception dans quelques grandes maisons, comme chez Ruinart qui utilise la « forme antique », plus ronde et élégante disent-ils !  


La Rhodanienne est une bonne vivante, elle a un corps légèrement plus large que celle de Bourgogne, qui pourtant n’est pas au régime. Elle est estampillée « Côtes du Rhône ». Celles de Châteauneuf du Pape, mérite un habit à sa mesure, une bouteille armoriée ! Elle porte une tiare papale placée au-dessus des clés de Saint-Pierre, une collection 1937 !


Une mannequin, élancée, droite, fine et à fond plat, la bouteille des vins Alsacien est protégée depuis 1955 . On appelle aussi la forme de la bouteille « vin du Rhin ». Le fond plat est une demande du Tsar russe Alexandre II qui craignait que ses opposants cachent un explosif dans le « cul » de ses bouteilles de vin. Paranoïaque averti, cela ne l’empêchera pas de mourir assassiné.                


Le Clavelin, la petite, celle du Jura, est une exception, elle contient 62 cl et pas 75 comme les autres. C’est en fait la quantité restante après évaporation, de 75cl de vin Jaune qui aura passé 6 mois en fûts. Une petite ronde, elle a les épaules et le corps plus large que toutes ces congénères.


On peut ainsi dire, qu'en matière de bouteille de vin, l'habit fait (presque ) le moine ! Et pour vous entrainer à la dégustation à l'aveugle, pensez à l'idée cadeau vin My Vitibox : la box vin qui vous permettra de découvrir chaque mois de belles bouteilles !