Fermer la fenêtre

Votre article a bien été ajouté au panier

Le Blog

Partager sur facebook Partager sur twitter
Le 24 avril 2014 à 10:00

Déterminer le potentiel de garde d’un vin : un projet ambitieux

Le vin évolue et suit un cycle de vie qui lui est propre.
Trop jeune, il est fermé, peu aromatique, trop astringent... Puis il s’ouvre jusqu’à atteindre son apogée. Et après ? Le déclin !
D’où l’importance de ne pas conserver trop longtemps un vin qui n’aura pas le potentiel adéquat.


 Mais sur quoi se baser pour déterminer ce fameux potentiel ?


 Voici quelques facteurs qui peuvent vous aider :


- Le millésime : la grandeur d’un millésime varie d’une région (voire d’une appellation) à l’autre, mais certaines années sont connues pour avoir donné des vins particulièrement réussis et aptes au vieillissement : 2005 en Bourgogne, 2009 pour les vins rouges de Loire, 2010 en bordelais…


- L’appellation : les grands et premiers crus sont normalement des vins de référence en matière de garde et certaines appellations sont connues pour leurs vins dotés d’un grand potentiel de vieillissement (Pessac-Léognan, Beaune, Alsace…)


- Le cépage : certaines variétés donnent des vins plus aptes à la garde que d’autres. C’est le cas du cabernet-sauvignon, du chardonnay, du riesling ou de la syrah par exemple.


- Le conditionnement : si vous possédez des magnums, sachez que le vin y évolue plus lentement qu’en bouteille (la surface de contact avec l’air est la même, pour une quantité de vin supérieure).


- Un stockage optimum : évidemment, même un grand vin de garde, s’il est mal conservé, sera décevant lors de sa dégustation. Si vous n’avez pas de cave et que vos vins subissent les variations de température de votre appartement, ce n’est pas la peine d’essayer de les garder 10 ans.


- L’équilibre du vin (harmonie entre les différents composants du vin).  Si vous possédez plusieurs flacons du même vin et pouvez le goûter, l’équilibre de celui-ci sera un bon indice de son aptitude au vieillissement.


Halte aux idées reçues : on croit souvent que les vins blancs et les champagnes ne se gardent pas aussi bien que les vins rouges. C’est faux ! En Bourgogne ou en Alsace par exemple, on trouve des vins de grande garde. C’est également le cas des grands champagnes millésimés ou des vins blancs liquoreux de type sauternes.