Fermer la fenêtre

Votre article a bien été ajouté au panier

Le Blog

Partager sur facebook Partager sur twitter
Le 8 octobre 2010 à 07:38

Faut-il acheter ses vins en grand format ?

Par notre partenaire iDealwine (Cote des vins – reventes de vos bouteilles – ventes aux enchères)



Outre son aspect généreux et sympathique, le magnum, ou même les plus grands formats présentent-ils un intérêt, tant gustatif que financier ? Faisons le point.



Il existe différents formats de bouteilles, qui, d’ailleurs, revêtent des noms différents selon les régions. Ainsi, une impériale bordelaise (un flacon de 6 litres, l’équivalent de 8 bouteilles) s’appelle un mathusalem en Champagne. En règle générale, plus le format de la bouteille est grand, plus sa période de conservation sera importante. En conséquence, un vin en demi-bouteille atteindra son apogée beaucoup plus rapidement que ce même vin en magnum. Cette différence est due aux phénomènes d’oxydation et d’oxydoréduction agissant différemment par rapport aux volumes. Un point doit tout de même être considéré, qui concerne le service du vin : si celui-ci se trouve plus à son aise dans un grand contenant, il sera plus difficile à servir dès lors que vous dépasser le format double-magnum. Au-delà, il est recommandé de le carafer.
Sur le marché des ventes aux enchères de vin, les grands formats sont évidemment plus difficiles à trouver, notamment lorsque l’on s’éloigne de Bordeaux ou de la Champagne. Jéroboams et mathusalems constituent de vraies raretés en Bourgogne et, plus encore, dans la vallée du Rhône. Aux enchères, ces formats sont particulièrement prisés. Le tableau suivant, qui reprend des résultats d’une récente vente parisienne, indique la surcote enregistrée dans les dernières ventes par rapport à la cote « bouteille » rapportée au format. Un seul vin semble échapper à cette tendance : le château Tertre Roteboeuf, que les amateurs semble préférer en bouteille plutôt qu’en grand format… A cette exception près, on constate que l’écart est sensible, dès le format magnum. Un écart qui tend d’ailleurs à se creuser avec le temps, l’exemple de Château La Conseillante 1959 en est l’illustration.
A noter pour les acheteurs en primeur : il est possible de demander, lors de la réservation un format spécifique. Même si un surcoût est éventuellement facturé pour les très grands formats, la plus-value peut se révéler significative au bout de quelques années.