Fermer la fenêtre

Votre article a bien été ajouté au panier

Le Blog

Partager sur facebook Partager sur twitter
Le 21 août 2014 à 09:35

Zoom sur une appellation : Châteauneuf-du-Pape

Châteauneuf-du-Pape, célèbre appellation de la vallée du Rhône, bénéficie d’un long passé viticole.


Elle couvre aujourd’hui une zone de production d’environ 3200 hectares répartis sur cinq communes : Châteauneuf-du-Pape, Courthézon, Bédarrides, Sorgues et Orange.


Histoire


On y retrouve les premières traces de vignes dès le milieu du XIIème siècle, mais ce sont les Papes, au XIVème siècle, qui mettent en exergue la qualité du vin qui y est produit. Il deviendra d’ailleurs quelques années plus tard « le vin du Pape », qualification qui le rendra célèbre bien au-delà de nos frontières. Au cours des siècles, ces vins seront expédiés vers l’Allemagne, l’Italie, la Grande-Bretagne, les Etats-Unis…


Afin de défendre leur production au succès grandissant et jugeant la loi de 1919 sur les appellations d’origine trop générale, les vignerons locaux décident de mettre en place une règlementation plus stricte : la création du « syndicat des propriétaires viticulteurs de Châteauneuf-du-Pape » signe la naissance du futur système de l’AOC (restriction des cépages autorisés, modes de culture imposés…). Il faudra attendre 1933 pour que la Cour de Cassation confirme la délimitation de l’aire de production.


Sols et sous-sols


Les sous-sols de l’appellation Châteauneuf-du-Pape sont composés de calcaires et sédiments des ères secondaires et tertiaires. Les sols quant à eux peuvent être argileux, argilo-calcaires ou sableux. Durant le quaternaire, le Rhône va arracher des blocs de pierre des montagnes alpines. Au fil du temps, ces pierres ont été polies par l’eau du fleuve et ont donné les fameux galets roulets, bien connus dans la région pour leur capacité à restituer au raisin la chaleur emmagasinée dans la journée. Ces galets contribuent donc largement à une parfaite maturité des raisins de l’appellation.


Climat


D’influence méditerranéenne, celui-ci est chaud et sec. Les précipitations étant peu nombreuses, même en hiver, il n’est pas rare que la sécheresse touche le vignoble l’été. Le Mistral souffle de manière régulière sur les vignes de l’appellation, quelle que soit la saison.


Cépages


Pas moins de treize cépages peuvent entrer dans la composition des vins de l’appellation ! Pour les vins rouges, on compte le grenache, la syrah, le mourvèdre, le cinsault, le muscadin, le vaccarèse, la counoise et le terret noir. Pour les vins blancs, sont autorisés les cépages picpoul, clairette, roussane, bourboulenc et picardan.
Les vins rouges représentent 94% de la production de Châteauneuf-du-Pape et sont principalement élaborés à partir de grenache qui s’adapte aux fortes chaleurs et aux assauts du Mistral.


Retrouvez un vin de l’appellation Châteauneuf-du-Pape dans notre cours d’œnologie VOG1 « initiation à la dégustation » : le domaine Pierre André et n’hésitez pas à nous faire partager vos coups de cœur de l’appellation !