Fermer la fenêtre

Votre article a bien été ajouté au panier

Le Blog

Flux RSS des articles du blog de Prodégustation Partager sur facebook Partager sur twitter

Tous les articles

Le 16 mars 2015 à 11:17

Les Wine Explorers en Océanie

Lors de notre dernier billet relatant les aventures des Wine Explorers en janvier, nous vous faisions part de leur arrivée imminente en Australie. Aujourd’hui sur le point de quitter la Nouvelle-Zélande pour rejoindre l’Indonésie, revenons sur leur expérience au pays d’Oz.


vignoble-australien-wine-explorers


Quoi de plus pratique pour parcourir les milliers de kilomètre de ce beau pays qu’un Van, moyen de locomotion hautement symbolique pour les explorateurs en tout genre ? C’est donc en totale autonomie que nos deux aventuriers partent à la découverte des régions viticoles situées autour de Melbourne et d’Adélaïde, au sud de l’Australie. Ils y dégusteront de superbes chardonnay et de très beaux pinots noirs, sans oublier quelques rieslings ou grenaches des plus intéressants…


Direction ensuite la Tasmanie, où les climats divers et variés jouent évidemment un rôle primordial dans la culture de la vigne. L’Australie, ou le berceau d’une multitude de terroirs surprenants !


Où en sont-ils à présent ?


Les Wine Explorers ont quitté l’Australie fin février pour rejoindre la Nouvelle-Zélande où les visites et les rencontrent furent plus étonnantes et enrichissantes les unes que les autres (découverte des vignes en mobylette, en calèche, culture biodynamique, étude des sols…).


vignoble-nouvelle-zelande-wine-explorers


Et voilà, la barre des 200 domaines viticoles visités est dépassée ! Avec eux quelques 2000 vins dégustés plus de 160 000 km parcourus ! Retrouvez de superbes portraits de vignerons sur leur blog : http://blog.wine-explorers.net/


 

Le 24 février 2015 à 11:54

Zoom sur une appellation : Hermitage

appellation-hermitage


Le vignoble de l’A.O.C. Hermitage s'étend sur trois communes de la Drôme : Tain-l'Hermitage, Crozes-Hermitage et Larnage, sur la rive gauche du Rhône (les autres vignobles du Rhône Septentrional se situent principalement sur la rive droite). Cette appellation de 136 hectares célèbre pour sa colline produit des vins qui étaient déjà appréciés des Romains. Appelés “vins de Vienne” puis “vins du coteau de Saint-Christophe” en raison de la présence d’une chapelle dédiée au Saint, le nom d’Hermitage ne serait apparu qu’au XVIIème siècle, d’après l’histoire du chevalier Henri Gaspard de Sterimberg (XIIIème siècle) qui, au retour des croisades albigeoises, décida de vivre en ermite sur la célèbre colline de l’appellation actuelle. C’est lui qui y aurait réimplanté les vignes aujourd’hui célèbres. C’est en 1937 que l’Hermitage devient Appellation d’Origine Contrôlée.


Les vins produits en appellation Hermitage sont à 75% des vins rouges issus de syrah et pouvant recevoir jusqu’à 15% de roussanne ou de marsanne (cépages blancs). Ces vins puissants et charnus aux arômes d’épices et de fruits noirs sont dotés d’un grand potentiel de garde et acquièrent rondeur et velouté en vieillissant.


Issus des cépages marsanne et roussane, les hermitages blancs sont d’une grande onctuosité et développent des arômes de fruits à chair jaune et de fleurs.


Abrités des vents du nord, les coteaux ensoleillés bénéficient d’un agréable climat méditerranéen. On y retrouve trois types de sols : « les Bessards » ; terrain granitique et accidenté, cœur de l’appellation (c’est d’ailleurs là que l’on retrouve le vignoble de l’ermite), « le Meal » ; sol de calcaire recouvert de galets roulés qui reflètent la chaleur du soleil, « les Murets » et « les Dionniers » possèdent un sol d’argile et un terrain moins pentu.


A travers les siècles, d’illustres amateurs des vins de la colline de l’hermitage se sont faits connaitre : les tsars de Russie, Henri IV, Louis XIII, Louis XIV…

Le 18 février 2015 à 10:45

Nouvel An chinois : quels vins avec le porc aigre-doux ?

porc-aigre-doux-et-vinCette semaine, la planète entière va célébrer le nouvel an chinois. A cette occasion, nous avons préparé quelques suggestions d’alliances de mets chinois et de vins.
Notre premier accord (porc aigre-doux et vins) vous est proposé par Emmanuel Delmas, sommelier et formateur pour Prodégustation. 

La cuisine aigre-douce pose souvent bien des problèmes. N'oublions jamais que l'accord d'un mets et d'un vin se mesure à l'échange rencontré en fin de bouche, lors de la persistance gusto-olfactive. Le mets doit offrir des saveurs persistantes, afin de se lier à la persistance du vin. Pour faire simple, le bon vin dit de gastronomie doit vous donner de l'énergie, et non vous alourdir.  
Privilégiez donc des vins rouges au caractère affirmé
Le vin devra offrir une trame fraîche, de belle acidité donc, soulevée par de fins tanins. Une persistance de fruits noirs, d'épices douces permettra de se lier aisément aux saveurs aigres-douces du porc. Sa texture réclamera un vin bien galbé, assez ample afin d'offrir un argument de confort à une viande ayant parfois tendance à s'assécher. Par exemple un vin du Sud, qu'il soit de Vacqueyras, Gigondas ou Châteauneuf-du-Pape, voire du Languedoc (cépages syrah, mourvèdre, grenache...) sont autant de compagnons confortables et enjoués. D'autant plus si ceux-ci sont pourvoyeurs d'énergie, de fraicheur émanant d'un respect des sols, et de l'expression d'un joli fruit. Si de surcroît quelques années de garde ont permis au vin de se civiliser, alors l'accord n'en sera que plus constructif.

En somme, la complémentarité de la fraicheur et de la force... pour un accord gourmand.  

Le 12 février 2015 à 10:19

Zoom sur un cépage : le sémillon

cepage-semillon


Ce cépage blanc originaire de Gironde est cultivé dans le Sud-Ouest de la France, dans le bordelais (très sensible à la pourriture noble, il rentre dans la composition des vins liquoreux de type Barsac ou Sauternes), en Australie ou en Afrique du Sud.


Assez peu aromatique dans les vins blancs secs jeunes, il leur assure cependant une bonne garde. C’est en vieillissant qu’il révèle tout son potentiel aromatique, notamment dans les vins moelleux et liquoreux dans lesquels il livre ses arômes gourmands. Dans ces vins d’or, il est assemblé au sauvignon et parfois à la muscadelle.


Il s’exprime parfaitement sur des sols calcaires ou de graves argileuses qui permettent une bonne régulation de l’eau dans les régions pluvieuses, ainsi qu’une bonne alimentation hydrique en période sèche.


Les arômes du sémillon : miel, agrumes (citron, mandarine), tilleul, acacia, coing…


Envie de déguster un vin d’exception issu majoritairement du sémillon ? Participez à notre cours d’œnologie sur les Grands Crus de Bordeaux et laissez-vous charmer par les arômes envoûtants d’un Château d’Yquem !

Le 5 février 2015 à 10:21

Un menu de Saint-Valentin truffé de bonnes idées !

La truffe fait partie des mets de choix très recherchés en cette période de l'année. S’il en existe diverses variétés, la truffe noire du Périgord reste la plus consommée et la plus souvent dénichée dans nos terroirs. La truffe blanche d'Alba, dans le Piémont italien, par son prix astronomique, fait davantage partie de l'ultra-confidentiel, du luxe absolu.
  Black truffles on a white backgroundCe rare champignon sait se faire discret. Divers paramètres sont nécessaires à son développement : c'est sur une terre souvent calcaire que s'effectuera sa croissance, capricieuse, au pied des chênes ou noisetiers notamment. Une luminosité minimale est également nécessaire, associée à une humidité certaine. Dénicher ce champignon n’est donc pas simple.   Comme le souligne Caroline Ledédenté sur son blog, " la truffe, qui séjourne dans la terre, est un élément introverti, qui ne s'exprime pas à l'air". C'est pourquoi elle poursuit en déclarant que la truffe aura besoin après sa cueillette de "trouver une autre terre, qu'elle fera sienne, qu'elle va imprégner. A ce titre, les idées sont infinies, et l'on pense spontanément aux matières amidonnées (riz, pain, pommes de terre), grasses (œufs, lait, crème, fromage...,) ou encore foie gras, Saint-Jacques...".    


Idée de menu autour de la truffe et suggestions d’accords :    
Entrée : carpaccio de Saint-Jacques aux truffes  
La Saint-Jacques émincée révèle des notes finement salines, et une texture fondante. La truffe, par la persistance de ses notes terriennes et rappelant une certaine tonalité aillée, permet au mets de gagner en élancement et en expression.   Le vin choisi devra offrir une persistance franche et nette. Des vins blancs salins et aux acidités saillantes seront de très bons alliés. Il est conseillé de s'approcher au mieux de l'endroit qui a nourri le produit. Ainsi, la truffe qui a poussé en Dordogne a respiré le même environnement que le vin avoisinant, ceci créant entre le produit et le vin, une forme de filiation évidente. Un vin blanc sec de Dordogne, tels les Bergerac et Côtes de Bergerac sont alors conseillés. Il en existe d'étonnants, notamment chez Luc de Conti, ou encore les vins de Christian Roche.   Si l’on souhaite s’éloigner un peu, les Côtes de Duras restent dans ce registre vif et acidulé. Pour davantage impressionner vos convives avec des vins plus prestigieux, les blancs de Graves, Pessac Léognan, de par leur franchise et leurs acidités tranchantes non dépourvues de matière, seront des compagnons parfaits. Plus au sud, vous pourrez opter pour les surprenants vins de Jurançon blanc sec, voire du Pays Basque (Irouleguy), aux acidités saillantes et aux tonalités hésitant entre le salin, le fruité strict et les pointes minérales.        


Plat : risotto à la truffe
risotto truffes blog  
Le risotto offre quand il est réussi un plaisir gustatif éblouissant. La liaison lorsqu'elle est parfaitement assurée permet une parfaite expression de la truffe. Celle-ci glissera tout du long sur une texture fondante et crémeuse pour un confort de bouche exquis. La persistance offerte par la truffe et son caractère marqué réclameront un vin tout aussi long en saveurs.   A la différence des émincés de Saint-Jacques, la texture de ce mets se dirigera sur un vin plus charnu, dense. Il devra bien tapisser la bouche afin de ne pas se laisser dominer en termes de puissance structurelle. Pour autant, ce vin devra également révéler une longueur presque infinie afin d'éviter un léger risque de lourdeur. De la puissance teintée de fraîcheur, le chaud soufflant le froid étant la marque des grands terroirs. Ainsi, est-il possible de se diriger sur un vin blanc du sud, ayant évolué sur un climat chaud, tel le Languedoc ou la Provence, signé du sceau du cépage vermentino, ou encore chardonnay sur le terroir de Limoux. Un Bandol blanc ou un vin de Palette, après quelques années de maturité, permettront de gagner en complexité aromatique sans perdre de fraîcheur.      


Fromage : Brillat-Savarin aux truffes   La truffe apportera à ce fromage très crémeux une saveur intense et imprégnée. Le vin devra à la fois offrir une certaine intensité en termes d'acidité afin d'accompagner la persistance truffée, mais également proposer une belle chair.   Contrairement à l'idée reçue qui voudrait que l'on serve du vin rouge avec le fromage, c'est bien le vin blanc qui aura sa place ici. En effet, le gras du fromage (d'autant plus avec le Brillat-Savarin), durcit le tanin des vins rouges. Conséquence directe : sensation tellurique très appuyée, ferreuse. La persistance n'existe pas, l'accord est donc impossible.   Le cépage chenin en Loire, soutient la comparaison, entre galbe et tension minérale, le fruit sait exprimer ses plus beaux atours. Petit conseil : éviter les vins trop marqués par le fût de chêne, celui-ci ayant tendance à prendre le dessus sur les expressions de fruit et minérales, surtout sur de jeunes millésimes. Ainsi, le Vouvray, le Montlouis, ou encore le Saumur (notamment sur le terroir de Brézé), ou Savennières, sont autant de compagnons parfaits pour un tel fromage. Dans ce registre, un peu d'originalité est possible, avec une bulle fine, franche et vineuse sur ce même cépage, à Montlouis, ou Vouvray par exemple.      


Et pour le dessert ?   Pour rester dans le ton, pourquoi ne pas tenter la truffe… au chocolat ?       Vous l'aurez compris, sur la truffe, le vin doit absolument offrir la capacité de s'étaler, en profitant d'une véritable énergie. Les vins rouges évolués, par leurs tanins fondus sont eux aussi capables de laisser s’exprimer la truffe. Tout cela afin de ne jamais dominer ce produit d'exception. En somme, des compagnons subtils, mais charismatiques, soufflant le chaud et le froid.